Accueil

Site dédié à la « Liste des établissements clunisiens situés en "France", entre Moyen Âge et modernité »

Cette liste est donnée par le chapitre général de 1735, publié par dom Gaston Charvin au tome VIII de son édition des Statuts, chapitres généraux de l'Ordre de Cluny (Paris, E. de Boccard, 1978, p. 299-309). Elle est destinée à préciser les sommes dues par l’ensemble de la famille clunisienne pour les affaires communes de l’Ordre, ancienne et étroite observances confondues. Elle concerne donc essentiellement la France clunisienne. On a ajouté des prieurés mentionnés par ailleurs, dans les travaux de Philippe Racinet1 et de Denyse Riche2 en particulier ou chez Dom Cottineau3. Pour d’autres régions, des travaux sont en cours. Ainsi, cette liste de plus de 1300 établissements demeure une synthèse non exhaustive. Certains prieurés et certaines dépendances ne sont plus clunisiens après le XVIe siècle, comme Saint-Martial de Limoges, sécularisée vers 1535 ; d’autres bénéfices ont été unis à telle ou telle maison ou tel ordre religieux de fondation récente, comme les Jésuites, en particulier au XVIIe siècle. Enfin, certains monastères sont devenus tardivement clunisiens, y compris aux XVIIe et XVIIIe siècles, comme Saint-Chaffre du Monastier, entrainant ainsi certains de leurs prieurés dans la mouvance clunisienne. Le classement que nous donnons est alphabétique. Nous mentionnons lorsque cela s’avère possible l’appartenance provinciale, les localisations ancienne (diocèse) et moderne (département), l’éventuelle dépendance d’un autre établissement et enfin la nature du lieu indiquée dans la liste de 1735 (abbaye, prieuré conventuel, prieuré simple...). La mention du statut n’apparait que dans la liste établie par le chapitre général de 1735. Elle ne signifie évidemment pas la présence systématique d’une vraie communauté.

Daniel-Odon Hurel*